Rodolphe Thomas, maire (Modem) d’Hérouville-Saint-Clair, vice-président de Caen-la-Mer en charge de l’Emploi, la Formation et l’Insertion professionnelle et vice-président de la Région Normandie chargé de la Politique de la ville.

Hérouville Saint-Clair - Entretien - Rentrée scolaire, sécurité, grands chantiers, législatives 2022… Rodolphe Thomas, maire de la 2e ville du Calvados, fait le point sur les dossiers qui occupent sa rentrée.

Comment s’est passée cette rentrée scolaire 2021 ?

Les écoles hérouvillaises comptent aujourd’hui 1 800 élèves.

 

La rentrée n’a pas été simple à Montmorency avec la fermeture d’une classe à l’école élémentaire.

Nous avons toujours le projet de reconstruire cette école d’ici les trois prochaines années. Le bémol, c’est l’équipe pédagogique : il y a trop d’arrêts maladies depuis cinq à six ans. Ça crée une instabilité. Il faut que l’Éducation nationale prenne ses responsabilités. Cette école doit être attractive pour que les parents ne mettent pas leurs enfants ailleurs, notamment dans le privé.

 

Il y a un an, vous alertiez sur la progression de la délinquance à Hérouville. Où en est-on aujourd’hui ?

On essaie de ne rien lâcher. La situation est fragile avec une augmentation de la délinquance juvénile que l’on essaie d’enrayer. D’ici la fin de l’année, nous aurons installé 35 points de vidéoprotection sur une partie d’Hérouville. Nous avons quatorze policiers municipaux et nous prévoyons d’agrandir le poste de police municipale.

La Ville et les bailleurs lancent un grand programme d’ITE (Isolation tmique par l’extérieur) : « Tous les quartiers d’Hérouville vont être concernés par cette rénovation énergétique du patrimoine : le Val, la Haute-Folie, puis la Grande-Delle… » assure le maire Modem, Rodolphe Thomas.

L’occasion pour Rodolphe Thomas de pousser un « coup de gueule » : « Les bailleurs sociaux n’ont plus cette politique de proximité vis-à-vis de leurs « clients ». Je suis très inquiet de la façon dont tous ces bailleurs se regroupent, deviennent des grandes machines administratives au détriment des locataires. Par moments, c’est la ville d’Hérouville qui fait le boulot des bailleurs sociaux et ce n’est pas normal ! »

Le Département vient soutenir la mobilisation du Café des images, le cinéma d’Hérouville-Saint-Clair (Calvados) pour rester connecté à son public. Une subvention de 30 000 € de soutien aux cinémas d’art et essais a été accordée.

Erwan Bernet, élu départemental pour le canton d’Hérouville et Élise Mignot, directrice du Café des images, présentent les raisons d’une subvention de 30 000 € de soutien au cinéma d’arts et essais.

 

C’est un choix du Département ?

La politique culturelle du Département vise à favoriser la proximité physique de structures en milieu rural. En territoire urbain, les équipements de médiation culturelle sont là pour rapprocher les publics plus éloignés de la culture. Dans le Calvados, le choix a été fait en mai de consacrer 250 000 € au soutien des festivals sur les frais engagés et des espaces culturels en situation déficitaires, en raison de la crise sanitaire. En plus de sa subvention annuelle de 10 000 €, le Café des images reçoit 30 000 € d’aide d’urgence pour 2020. La fermeture des salles pose encore question alors que l’activité cinématographique est un vecteur de lien social fort.

Rodolphe Thomas Hérouvillle

À 57 ans, le maire, Rodolphe Thomas, repart en campagne pour se succéder à lui-même. Sa liste « Fiers d’être Hérouvillais », présentée la semaine prochaine, sera renouvelée à 60 %.

Pourquoi renoncer « quand on a la santé » et qu’on ne ressent aucune lassitude après bientôt vingt ans à occuper le fauteuil de maire ? « Hérouville ? Je suis imprégné de cette ville dont j’ai réussi à changer l’image. Plus personne ne la voit comme un quartier périphérique de la capitale. » Rodolphe Thomas, élu pour la première fois en 2001, repart donc en campagne pour les élections municipales du mois prochain.

« Je veux continuer à défendre la ville et ses habitants, quel que soit leur âge, leur condition sociale ou leur origine, assure-t-il. Le vivre ensemble constitue l'ADN d'Hérouvillle où cohabitent près de 80 communautés. »

Pas un mot, pour l'instant, sur ses colistiers dont les noms seront dévoilés la semaine prochaine. « Il reste quelques ajustement à réaliser. La liste « Fiers d’être Hérouvillais » sera rajeunie et renouvelée à 60%. Sur les trente élus de la majorité actuelle, douze ou treize y figureront. C'est important de repartir sur une nouvelle dynamique. »