MerkAlors que les syndicats CFDT, CGT ont appelé à débrayer à l'usine Schering Plough d'Hérouville Saint-Clair ce vendredi midi, le maire d’Hérouville a écrit à Eric BESSON, Ministre chargé de l'Industrie.

Il lui a fait part de sa vive inquiétude concernant le devenir du laboratoire Schering Plough et demande qu’une rencontre soit organisée au ministère dans les plus brefs délais.
Depuis maintenant plus d’un an, les dirigeants du laboratoire Schering Plough nous ont fait savoir qu’ils négociaient avec les représentants du personnel et les syndicats un plan social, contraints par le groupe MERCK de trouver une baisse des coûts de 25 % du site hérouvillais avant 2012.

Ce laboratoire pharmaceutique qui emploie actuellement 425 salariés devait supprimer 107 postes à Hérouville dans un plan social qui a été engagé après le rachat de Schering Plough par le groupe pharmaceutique Merck.

Aujourd’hui, la vente d’une usine Schering Plough d’Eragny-sur-Epte (Oise) ayant échoué, l’ensemble du plan social est à revoir et le groupe Merck refuse de s’engager à garantir l’activité du site et des emplois.

L’industrie pharmaceutique n’est pas en crise et pourtant, une fois de plus, une entreprise licencie avec pour seul argument de rechercher de la compétitivité et de moderniser son outil de production.

Le groupe MERCK qui est le propriétaire du laboratoire Schering Plough représente 90 000 salariés ; il investit aujourd’hui en Irlande ou en Indonésie au détriment de la France. Force est de constater que la réforme de la Taxe Professionnelle n’a pas apporté les effets escomptés et qu’une partie de notre production poursuit sa délocalisation.

Comme les syndicats, je suis inquiet sur la pérennité du site. Il est important que les élus de l’agglomération se mobilisent pour défendre nos emplois car dans notre agglomération et sur la ville d’Hérouville, les emplois des laboratoires pharmaceutiques font vivre des milliers de familles.


Rodolphe THOMAS
Maire d’Hérouville Saint-Clair
Conseiller général du Calvados