http://farm4.static.flickr.com/3405/3475370851_ef133215e9.jpg

A l'heure actuelle, il manque près d'1 million de logements sociaux en France et 650 000 familles sont sur des listes d'attentes pour intégrer un logement HLM.

Pourtant, c'est dans ce contexte difficile que les subventions de l'état ne cessent de se réduire puisqu'elles sont passées de 785 millions d'euros en 2008 à 630 millions d'euros en 2010 pour atteindre péniblement 500 millions en 2011 puis 400 millions en 2013.


Que dire de la nouvelle taxe "Apparu" de 2.5 pour cent sur le montant des loyers et qui sur l'ensemble des organismes HLM ponctionnera près de 340 millions d'euros.

Cette somme risque de remettre en cause la capacité des bailleurs sociaux à continuer leurs investissements dans les grands chantiers de construction et de réhabilitation de leur patrimoine.

 


Il est loin le temps où les gouvernements s'engageaient financièrement afin de répondre au grand défi de l'habitat comme cause nationale, inscrite dans la déclaration universelle des droits de l'homme en 1948.

Aujourd'hui, le secrétaire d'état, Monsieur APPARU, sous couvert de restrictions budgétaires et recettes nouvelles, nous annonce la création de cette taxe sur l'habitat social.

Encore une fois, ce seront les plus démunis, les plus pauvres et les familles à revenu modeste qui subiront de plein fouet cette politique contre nature.

Après le rabot fiscal, le gouvernement nous annonce le marteau piqueur qui promet de démolir tout ce que les bailleurs sociaux ont entrepris afin de répondre à la pénurie de logements d'habitat social dans notre pays.

Rappelons ce que devait être "l'engagement national pour le logement", un pacte national républicain qui offre à tous les moyens et la possibilité de se loger en fonction de son revenu et de répondre aux difficultés qu'éprouvent les ménages face à la hausse des loyers.

De la crise financière à la crise du logement, c'est ce que nous promet le gouvernement en créant encore et toujours plus de taxes injustes.

Monsieur le secrétaire d'état nous annonce pour faire diversion, qu'il gèlerait toute augmentation de loyers HLM alors que parallèlement, il créait une nouvelle taxe qui une fois de plus sera supportée par les familles modestes. C'est ce sens du paradoxe, devenu un art pour le gouvernement qui une fois de plus met à mal la cohésion sociale de la société française.

L'Abbé Pierre, grand architecte et bâtisseur de la cause nationale du logement social, serait aujourd'hui de ceux qui s'indigneraient et diraient aux français que le logement est un droit que l'état doit garantir à chacun.

Rodolphe Thomas
Maire d’Hérouville Saint-Clair
Conseiller général du Calvados
Membre du chadow cabinet du Modem en charge de la politique de la ville de Rénovation urbaine et du Logement