À peine inauguré, le pôle de santé du Grand-Parc déjà complet (Ouest-France)

Si à l'entrée du pôle, la signalétique est efficace, elle pèche encore à l'extérieur. Une visite de certains cabinets a suivi l'inauguration officielle (ici l'ophtalmologiste et l'orthophoniste).

La rénovation urbaine d'Hérouville touche à sa fin dans le quartier du Grand-Parc. Le village d'activités est désormais opérationnel : outre des logements, il réunit 23 professionnels de santé.

Dix ans

Si l'opération de rénovation urbaine a démarré voici huit ans à Hérouville, « les premières acquisitions du villages du Grand-Parc remontent à près de dix ans », a souligné Alain Kendirgi, directeur général de la Shema, organisme chargé de concrétiser les projets des collectivités.

Car avant de poser la première pierre, il a fallu récupérer le terrain occupé à l'époque par un centre commercial. « Notre projet de reconfiguration du quartier comprenait donc la démolition de ce centre, et son déplacement vers l'avenue de la Grande Cavée, a rappelé le maire, Rodolphe Thomas, hier, à l'occasion de l'inauguration officielle. Ce qui a permis de doter Hérouville d'un vrai centre-ville, en parallèle de l'arrivée du tramway. »

18 mois de travaux

L'ancien centre commercial a donc été remplacé par un village d'activités, « mixant habitat et services de proximité, a souligné le maire. Car la rénovation urbaine, ce n'est pas que démolir des immeubles ».

Après deux ans de négociations, notamment avec les professionnels de santé, puis dix-huit mois de travaux, les bâtiments conçus par le cabinet d'architecte Nord Sud, ont été réalisés par l'entreprise Zanello. Au total, 1 830 m2, dont la moitié destinée à la création d'un pôle de santé, baptisé « Pierre et Marie Curie ».

Le reste des locaux accueille pour l'instant deux cabinets d'avocats, une entreprise de peinture, ainsi que trois logements T3. À noter que ce village est situé dans la zone franche urbaine, avec à la clé, des exonérations fiscales pour les porteurs de projets.

4,4 millions d'euros

Le montant de cette opération atteint 4,4 millions d'euros. Elle a bénéficié de subventions, dont 250 000 € de la Région, « dans un souci d'accompagnement d'Hérouville, a assuré Vincent Louvet, conseiller régional et élu de la minorité municipale. La santé ne relève pas de la compétence du conseil régional, mais notre soutien s'inscrit dans un esprit d'équité de traitement territorial. Car la désertification médicale ne concerne pas que le milieu rural. Certains quartiers ont du mal à recruter. »

La Ville y a de son côté consacré 500 000 €, et mobilise 1,6 million d'euros pour le portage immobilier de certains locaux mis en location.

23 professionnels de santé

En lien avec l'Agence régionale de santé et l'Union régionale des médecins libéraux, un pôle de santé a pu prendre corps au sein du village.

Vingt-trois professionnels de santé (1), en majorité déjà installés à Hérouville, ont choisi de venir. En particulier en raison des normes d'accessibilité que leur précédent cabinet ne pouvait respecter.

« Le pôle affiche donc complet », souligne Claudie Rigot, maire adjointe en charge du développement économique. Il ne reste plus qu'à améliorer la signalétique : les usagers ont encore du mal à trouver l'adresse de ces professionnels.

(1) 3 podologues, 4 kinés, 1 chirurgien-dentiste, 2 sages-femmes, 2 orthophonistes, 1 ophtalmologiste, 3 médecins généralistes, 2 médecins experts, 1 psychiatre, 1 psychothérapeute, 1 gynécologue-obstétricienne, 1 infirmier, 1 sophrologue-énergéticienne.

Nathalie LECORNU-BAERT

Journal Ouest-France du vendredi 19 décembre 2014
Edition : Caen - Rubriques : Hérouville-Saint-Clair