Rodolphe THOMAS demande au gouvernement d’agir vite et de trouver une solution pérenne à la crise agricole

Lundi 20 juillet, Rodolphe THOMAS est allé à la rencontre des agriculteurs pour leur témoigner son soutien et dire son attachement au secteur agricole qui joue un rôle majeur dans l’aménagement du territoire du Calvados, dans le dynamisme économique du département, constitutif de l’identité normande. Au cours de cette rencontre, il a pu échanger avec eux sur les difficultés qu’ils rencontrent et sur leur savoir-faire qui fait la renommée de la France.

Rodolphe THOMAS affirme que les revendications des agriculteurs sont légitimes et que les causes de la crise sont connues depuis longtemps : les prix payés aux producteurs ne leur permettent plus de couvrir leurs coûts de production, le cours des prix ne cessent de chuter, les distributeurs pratiquent des prix toujours plus bas, les réglementations françaises et européennes pénalisent la compétitivité des exploitations françaises par rapport aux autres pays européens.

L’autisme du gouvernement aux revendications des agriculteurs est inacceptable et conduit au blocus de Caen et de son agglomération qui pénalise l’activité économique des entreprises et le tissu économique local dans son ensemblel.

L’attitude du ministre de l’Agriculture n’est pas digne d'un responsable politique. Alors que les agriculteurs français subissent la crise la plus grave depuis 2009, le ministre de l’Agriculture fait la sourde oreille à leurs revendications. La place d’un ministre de l’Agriculture est d’être en botte sur le terrain, au cœur des territoires, plutôt que d’animer des points presse du gouvernement à Paris.

Rodolphe THOMAS soutient les revendications des éleveurs normands qui attendent des propositions concrètes et immédiates pour répondre à leurs attentes.