Réaction R.Thomas suite aux propos d'Eric Vève et Gilles Déterville

Eric Vève et Gilles Déterville réagissent à l’annonce du nouveau projet de tram en parlant d’une « erreur politique » s’inquiétant des conséquences de l’abandon du Projet initial de deux lignes fer à 300 millions d’euros.

Je souhaite rappeler à ces deux élus d’opposition que nous avons été contraints de remettre à plat le projet initial compte tenu du contexte économique local et national.

 

La baisse des dotations de l’Etat, la diminution du versement transport et l’endettement important de Caen la Mer ne nous permettaient pas de créer dans son intégralité la ligne 2 dès 2019.

L’un et l’autre sont en grande partie responsable de cette impasse financière en ayant soutenus les investissements comme la BMVR ou l'hôtel d'agglomération.

Je les invite à relire la conclusion du rapport de la chambre régionale des comptes rendue public en juillet dernier, qui conseillait à Viacites « d’envisager tous les scénarios alternatifs qui permettraient d’optimiser l’enveloppe globale de ce projet de réseau et de l’adapter à ses capacités internes de financement. »

Je déplore l’attitude irresponsable d’Éric Vève qui savait dès le mois de décembre 2011, que le financement des deux lignes de Tramway Fer à 300 millions d’euros était quasi impossible, date à laquelle il a reçu les conclusions de l’analyse financière de Viacités réalisée par le cabinet FCL pour mesurer la capacité d’investissement du syndicat dans la perspective de la réalisation du futur projet.

Les conclusions de cette étude payée par Viacités et qui n’a jamais été rendue public dans son intégralité étaient pourtant sans appel : « Le maintien de la stratégie de Viacités risque donc de se traduire par une incapacité à trouver les financements nécessaires à la réalisation du projet sans remise en cause du plan de financement, par une incapacité à absorber des aléas financier. Dans ces deux cas Viacités sera conduit à devoir solliciter un niveau de concours publics nettement supérieurs aux volumes anticipés et créer ainsi des tensions avec les collectivités membres et remettre en cause une partie de son projet s’il n’est pas trop tard. »

Malgré ces mises en garde, à quelques mois des élections municipales, Eric Vève s'est obstiné à garder son projet initial à 300 millions, sachant pertinemment que Caen la mer serait contrainte d’augmenter les impôts des habitants de l’agglomération et Viacites d’augmenter le prix du titre de transport.

Il serait souhaitable que les élus d’opposition caennais puissent entendre les arguments de Philippe Duron qui le 11 octobre dernier, affirmait dans un entretien à Ouest France que « la priorité, (est de) passer la ligne 1 en fer » et que la réalisation de la ligne 2 ne se « pose pas avec la même acuité » indiquant que « le contexte a changé et le financement des collectivités est contraint. »

Rodolphe THOMAS

Président de Viacités